Rechercher
  • Manon Hébert

La galère de la recherche de locaux à Paris : adieu bail 3 6 9



Qui dit startup dit jeunesse, et si ce n'est dans le nombre de balais des fondateurs, c'est dans le nombre de bilans à présenter pour plaider sa cause auprès des propriétaires de bureaux, qui croulent sous les demandes.


On ne saurait d'ailleurs blâmer ces bailleurs qui, flattés par les préconisations de valeurs des brokers, jouissent d'une position de force naturelle sur un marché sous-offreur.


Dur de se faire jeter comme à notre première recherche d'appart en période d'essai alors qu'on vient de lever notre premier million...! Les garanties demandées sont démesurées et l'envie de s'acharner nous passe vite quand on sait combien ce type d'offre est obsolète : un engagement minimum de 3 ans, des coûts d'entrée lourds pour des locaux nus, qui demanderont un investissement et une énergie considérables pour souscrire à tous les contrats, piloter et financer des travaux, se lever à 6h du mat' pour réceptionner les meubles commandés chez IKEA et Laredoute et gérer les commandes de papier toilette...


Tout ça pour se retrouver à l'étroit 10 mois plus tard !


C'est autant d'énergie que l'on préfère allouer au développement de son équipe et de son activité, malgré l'aide souvent précieuse des office managers dévoué(e)s.


Malgré tout, les locaux représentent un enjeu fort : ce sera le lieu de vie des prochains mois, qui devra accompagner la croissance des effectifs, séduire les nouvelles recrues lors de leurs entretiens, en mettre plein les yeux à ses clients, et par-dessus tout permettre de fédérer son équipe autour d'une identité forte dans un contexte d'évolution rapide.


Le "bon plan" n'est pas nécessairement ce que vous croyez. Visiter le maximum de surfaces, pour avoir la sensation de pouvoir choisir la meilleure offre sur un ensemble de critères priorisés vous fera passer à côté de bonnes opportunités et pourrait retarder votre emménagement pour finalement signer le couteau sous la gorge, faute de temps. Vous feriez la même erreur que ces propriétaires d'appart, qui organisent les visites à la queue-leu-leu, sans prendre le temps de rencontrer les candidats qu'ils choisiront in fine sur quelques k€ sur le papier, sans s'être fié à leur ressenti. Choisir ses bureaux est avant tout une histoire de feeling et de timing qui sauront rapidement gommer votre première frustration.


Le chemin semble long pour transformer un marché aux mains de propriétaires qui doivent eux, sécuriser leur investissement via un bail traditionnel. Mais les nouvelles offres proposant flexibilité et services sont de plus en plus nombreuses et il faut s'adresser aux bons acteurs du marché pour les saisir en priorité.


Manon Hébert, CEO & Co-founder @Comeandwork


Découvrez nos espaces clé-en-main ici , ou si vous avez besoin de conseils dans votre recherche, ou contactez-nous directement.

0 vue